Avant-propos
Le livre Commander Contact Liens Livre d'Or
 

 

bullet

Présentation

bullet

L'auteur

bullet

Avant-propos

bullet

Approche

bullet

Une recette

Si j'ai écrit cet ouvrage, c'est avant tout parce que je voudrais vous faire partager une expérience vécue qui fut pour moi très positive. Je pense qu'elle peut intéresser de nombreuses personnes qui sont confrontées au même problème que celui que j'ai connu, et qui ne le savent peut-être pas encore. En effet, la candidose est une affection très répandue de nos jours et qui est mal, voire pas du tout, diagnostiquée par la médecine moderne.

Les pages qui suivent sont le résultat d'un cheminement personnel de près de quatre années. Au départ, je n'avais pas conscience de ce que je vivais. Je ne me rendais pas compte que je ne m'autorisais pas à vivre ma vie. Je savais juste que je me sentais mal sans savoir pourquoi et j'étais bien loin d'imaginer tout ce que j'allais découvrir. C'est petit à petit que les fils se sont dénoués pour moi...

Je n’avais jamais entendu parler de candidose avant août 2000, époque à laquelle pour la première fois de ma vie je suis allée consulter une naturopathe spécialisée en médecine amérindienne et holistique. J’avais alors vingt-quatre ans.

Je souffrais à l’époque d’une importante irrégularité des cycles menstruels ainsi que d’une allergie aux acariens qui se traduisait par de très vives démangeaisons cutanées sur tout mon corps. Ces démangeaisons ne pouvaient être soulagées que par la prise d’antihistaminiques. La médecine moderne ne m’avait apporté jusqu'alors aucune solution satisfaisante pour gérer ces problèmes. En effet, la prise de la pilule contraceptive ne me donnait qu'une illusion de régularité de cycles puisqu'ils redevenaient irréguliers dès que j'en interrompais la prise. Quant à mon allergie, j'ai suivi une cure de désensibilisation pendant une année et celle-ci n'a donné aucun résultat. Je ne pouvais toujours pas me passer des antihistaminiques sans risquer de subir de fortes crises de démangeaisons qui pouvaient parfois durer plus d'une heure, et cela plusieurs fois par jour. La perspective de dépendre à long terme de médicaments tels que la pilule contraceptive ou les antihistaminiques, qui ne faisaient que masquer mes symptômes sans les guérir, ne m'enchantait guère.

Je présentais en outre une série de petits problèmes plus mineurs, mais gênants, comme des oppressions respiratoires passagères, des douleurs articulaires au niveau du genou et de l’épaule, une certaine fatigue, une tendance à développer de fréquentes infections de la gorge en hiver, des constipations, et j’avais déjà développé quelques années auparavant une forte mycose vaginale. Bien entendu, je n’imaginais pas que ces différents symptômes puissent être liés les uns aux autres.

C'est alors qu'une analyse de sang vivant réalisée à l’aide d’un microscope très puissant a révélé qu’un champignon, le candida albicans, y abondait. La solution naturelle qui me fut proposée pour soulager mes symptômes fut une "réforme alimentaire" progressive et vitalisante qui évitait autant que possible les aliments favorisant la prolifération du candida. Elle allait aussi me permettre de me recentrer sur moi-même, de me faire du bien et de me sentir beaucoup plus vivante dans mon corps.

Les effets furent remarquables : au bout de trois semaines, mes symptômes s'étaient déjà fortement atténués pour ensuite disparaître presque complètement, et ceci sans aucune aide médicamenteuse ! Je n'ai plus jamais connu de crises de démangeaisons comme auparavant, seulement quelques rares démangeaisons passagères. J'ai retrouvé une régularité de cycles, je me suis sentie moins fatiguée et en meilleure forme et j'ai passé un hiver sans aucune infection de la gorge.

Avant de commencer cette réforme alimentaire qui allait aussi modifier mon mode de pensée, j’étais quelqu’un de très «sucré» : je consommais beaucoup de friandises, pâtisseries, et aussi beaucoup de produits laitiers. Devoir me passer de toutes ces «bonnes» choses, modifier totalement mon mode d’alimentation et introduire des aliments jusque là méconnus me faisait peur. Je redoutais que mes menus quotidiens ne deviennent très rapidement mortellement ennuyeux et monotones. L’idée, aussi, de manger des légumes dès le petit déjeuner me paraissait très étrange.

Le résultat a pourtant été très surprenant et est pour moi la preuve que le défi est possible à relever, et même avec plaisir. J’ai découvert qu’il existe quantité d’aliments alternatifs peu répandus, voire absents des magasins d’alimentation classiques et des supermarchés, relais de l'industrie agroalimentaire. Ces aliments constituent d’excellents substituts aux produits que j’avais l’habitude de manger jusqu’alors. Le kamut, par exemple, cette céréale égyptienne dont la farine à très faible teneur en gluten peut facilement remplacer la farine de blé, ou encore la farine de châtaignes, l’arrow root, le quinoa, les céréales germées et le pain essénien. Toutes ces découvertes m’ont permis de concocter de délicieux petits mets dont je me suis délectée pendant près d'un an et que je vais vous présenter dans la dernière partie de cet ouvrage. Je fais le vœu que vous les dégustiez avec plaisir.

Mon souhait est que, si comme moi vous êtes amené à entreprendre une réforme alimentaire, vous puissiez le faire dans le plaisir et dans l'envie et non dans la privation, l'effort, la contrainte et la violence. C'est à cette condition que cette réforme pourra vous être bénéfique. J'espère que ce recueil sera pour vous une mine d'idées et une source d'inspiration. Puisse mon expérience vous profiter !

Remonter